mercredi 9 avril 2008

Merci à vous marathoniens

grâce à vous je vis, je navigue entre raison et instinct, voici en vrac ce que m'inspirent vos réactions, mes sensations, mes jambes qui me font mal, mes amis qui ont mal, qui sont contents, qui sont frustrés qui remettront le couvert. Il y a un temps j'étais transporté par des romans de Kundéra.

Soif de reconnaissance

Se sentir aimé

Se faire désirer

Se faire prier

Avoir mal

Rire

Pleurer de joie

Embrasser

Embrasser la vie

Peiner

Endurer

Sentir

Respirer

Se rappeler des odeurs

Oublier la souffrance des autres

Oublier son égo

Redescendre sur terre

Etre complices

Conjuguer

Réaliser

Contempler

Admirer

Jalouser

Renier

Partir

Revenir

Voyager

Ne pas paraître

Se mentir

Persévérer

S’entéter

Echouer

Réussir

Lever les bras

S’enthousiasmer

Renouer

Pleurer

Regretter

Rebondir

Courir

Courir après

Découvrir

Perdre

Retrouver

Réfléchir

Instinct

Spontanéïté

Amitiés

Marathonien

Qui court un marathon

Courir

Aller vite

Ne pas s’arrêter

Ne pas marcher

Etre fier

Etre humble

Accepter

Exiger

Aimer

Merci momo, benoît, serge, bruno et bruno, sylvie, sadok, stéphane, manu, dédé, lolo, franki, jean-lou, thierry et thierry et thierry, alain alain et alain, jc, jilali, karim, babeth, pierre, marie, camille, julien, céline, amelle, roger, christelle, jean-gab, jean-marie, mounir, dominique, béa, françoise et françoise, jean-luc, philippe et philippe, gildas, patrick, olivier, johnny, ... de m'inspirer

4 commentaires:

Sadok a dit…

Merci pour tout Charlie,

Il y en a qui le matin vont prendre un café au bistrot ou vont acheter le journal.

Perso, depuis quelques temps, mon plaisir matinal est d’aller lire tes écrits.

Tu me donnes du baume au cœur.

La vie est plus douce.

Permets moi de continuer ta liste de mots comme une vis sans fin :

- persévérer
- croire
- se lâcher
- relativiser
- durer
- partager
- communier
- savourer
- aimer

Serge a dit…

Salut Charlie,
merci à toi,pour tout ce que tu fais pour nous.

Anonyme a dit…

j'ai loupé quelque chose , pourquoi je suis parti , quel c..
ce michel

en tous cas tous les jours le me connecte sur ton blog

Oliv a dit…

finalement courir un marathon n'est-ce pas vivre un tas d'émotions démesurées en quelques heures ? On croit toutes les avoir connues à son premier, et on ne cesse d'en découvrir à chaque fois qu'on s'aligne sur un nouveau départ. J'ai découvert un enfer que je ne veux plus jamais cotoyer, et rien que pour ça je veux m'aligner encore sur un marathon, pour aborder le départ autrement. J'ai tellement à apprendre ... Merci pour tout Charlie.