samedi 29 mars 2008

Interactivité, vos commentaires svp !

Certains le savent, en tant que compétiteur, j'ai décidé de réaliser quelque chose au marathon de Paris. Mon amie béatrice Landel m'a donné un dossard qui lui avait été offert par l'organisation du marathon de Vannes, MERCI René Leroux.

Celà fait maintenant 3 années que je n'ai pas fait un seul marathon correct. Depuis, j'ai eu le bonheur d'avoir pas mal de marathoniens que j'entraine qui ont amélioré leur record personnel et cela m'a procuré du bonheur, mais en tant que coureur je n'ai eu que des courses vécues comme des échecs.

Comme le marathon sera dans une semaine, je m'impose de ne presque plus courir pour faire du jus. Vous le savez sans doute, quand on court pas mal, quand on pratique presque tous les jours, c'est dur de se dire: "n'y vas pas aujourd'hui". Jeudi à dix jours de l'objectif, il y a eu cette fameuse séance de rappel d'allure marathon, l'emetteur du cardiofréquencemètre était HS et je croyais que j'étais super-facile sur la première fraction, sur la deuxième j'ai forcé et j'ai bien senti que c'était là qu'il ne fallait pas aller car je n'étais pas serein. Tout à l'heure j'irai faire un footing parce qu'il faut quand même que les jambes tournent pour que la tête cesse de tourner en rond. En effet, on pourrait très bien ne plus courir puisque le travail d'entrainement est totalement fait mais c'est pour sa santé mentale qu'on va se réoxygéner un peu.
Alors, dans cette phase de relâchement je dispose de plus de temps et je fais le point sur tout ce que je fais; la question revient souvent: "y a t-il assez d'heures dans une journée? faut-il faire des choix ?" et je me demande si je ne devrais pas arrêter certaines activités.

Il n'y a rien de pire pour moi que d'animer ou assister à une réunion, une conférence, une formation, un séminaire, un colloque, un entrainement où il n'y a qu'un seul intervenant qui est actif qui étale sa science qui déverse son savoir comme s'il était un tonneau rempli de vin et que nous les autres serions des carafes qu'on remplit avant d'aller les servir à table, en somme il n'y a pas d'interactivité, tout se passe dans un seul sens et c'est ch... , soporifique.

Sur ce blog, volontairement, je ne tiens pas à reproduire ce qu'il y a ailleurs en milliers d'exemplaires parce que mon but n'est pas de raconter mes entrainements pour que d'autres copient les séances, mais un des aspects intéressants de ce moyen de communication est de rester en contact avec des coureurs éloignés, des amis qui de temps en temps prennent des nouvelles et surtout, même si j'ai l'impression de me répéter, le blog à l'inverse du site perso permet aux internautes de poster des commentaires.
De cette façon, j'ai le plaisir de communiquer avec des coureurs très loin de mes bases rennaises, bretonnes, françaises, européennes. Certains d'entre eux s'entrainent seul dans leur coin et me demandent quelques informations ou petits conseils.

Aujourd'hui, j'aimerais que vous contribuiez un peu plus que d'habitude, tout simplement en déposant votre avis et en mentionnant la région où vous résidez.
Dites explicitement ce que vous aimez, ce que vous n'appréciez pas, ce que vous voulez que j'approfondisse, y a t-il des articles qui sont plus agréables à lire que d'autres ?; en bref pour me donner des billes pour la poursuite de ce blog, lâchez vous, motivez moi !

En terme de motivation, pour tout vous dire, un coach doit souvent être celui qui donne l'envie de se surpasser, sa tâche essentielle une fois que la partie technique est assurée est de convaincre son athlète qu'il va gagner. Dans tous les sports et même dans beaucoup d'aspects de la vie, celui qui part au combat en étant sûr de ne pas gagner revient avec la même certitude puisqu'il a baissé les bras et c'est lui-même qui a pesé dans la balance qui a penché ... contre lui.
La difficulté du coach est qu'il doit dans certaines situations insuffler un moral de vainqueur alors que lui-même est dans le doute, même s'il sait que son athlète a fait tout ce qu'il faut, qu'il est capable de faire une superbe performance, si lui-même, le coach est "fatigué" il ne doit pas le laisser transparaître à ce moment là car ce n'est pas l'athlète qui est en cause, pas l'entrainement mais l'entraineur est proche du burn-out.

Non, ce n'est pas une notion de sacrifice, de renonciation à partager ses états d'âme mais pour toute compétition, il faut bien se préparer, se concentrer, être précis, doser juste, se relâcher pour restocker de l'énergie et concrétiser, c'est seulement après que l'on peut et l'on doit récupérer et se laisser aller. Alors là quand mes athlètes ont tous terminé, je peux mettre les courriels, les plans d'entrainements, les articles de blog en sommeil.

Manque de bol, tous ne font pas les mêmes compétitions et il me faudra attendre cet été pour faire la grande grande récupération annuelle. Heureusement, cette période de relâchement me repose et je remonte la pente et en fin de semaine je ferai le plein de glycogène en mangeant du riz et des pâtes, cela tombe bien, j'adore!

Alors donnez moi un coup de pouce, laissez un commentaire pour me motiver.

14 commentaires:

patrick a dit…

charlie..."y a t-il assez d'heures dans une journée? Faut-il faire des choix ?"
Le week-end où on supprime 1h cela va être encore plus difficile?
Le blog je le regarde, découvre, déguste, et j'essaie de le digérer. J’adore les états d’âmes de l’entraineur, les coups de gueule, les analyses des courbes, que du bonheur…. Résultats je n’achète plus de journaux (j’ai une année complète et c’est tous les ans la même chose) ici bonjour la diversité.
Alors charlie continu a nous abreuver en infos, en commentaires mais garde aussi des heures pour tes proches car c’est vrai une journée de 24h cela passe très vite et je me demande toujours comment tu fais.

Merci Charlie

Patrick –Guichen- Bretagne

les séances à cesson vraiment que du bonheur il y a maintenat tjs quelqu'un pour avoir une séance plus agréableet donc plus facile

patrick a dit…

PS pour Paris charlie le marathon débute au 30eme dixit mon entraineur ;-)

michel a dit…

charlie je te remercie pour la prépa marathon que tu m'avais fait en 2005 et ce record de 2h49' m'avait donner des ailes .
en 2005 tu avais voulu te rapprocher des 3h .
dans une semaine j'espere que tu pourra faire quelque chose de positif car tu le mérite .
j'espere te voir dimanche

Oliv a dit…

Salut Charlie,

Ta passion de conduit à donner énormément pour les autres, et le temps qu’on donne aux autres ne devrait pas être du temps qu’on vole à soi. La réciproque est tout autant vraie. Malgré tout ce, temps reste incompressible, et c’est certain il faut faire les bons choix pour pouvoir se consacrer à ce qu’on considère comme le meilleur, vis-à-vis de soi et des autres.

Ton blog est une merveille à mes yeux de Parisien: il y a toujours des articles qui m’interpellent à tel point que j’y vais régulièrement car je sais qu’il va y avoir un article surprenant qui provoque la réflexion, et aussi parce que je suis sûr de ne pas tomber sur des résultats de fractionnés systématiques et autres entraînement perso soporifique comme on trouve un peu partout. Tu t’exprimes avec la liberté d’un gars visiblement passionné par ce qu’il fait : « ça sort du cœur » et on aime ou on n’aime pas : moi j’adore. S’il y avait un moyen de rendre les textes plus aérés et alignés en « justifié » pour qu’ils soient plus agréables à l’oeil : c’est la seul critique que je ferai. Mais sur le fond : NE CHANGE RIEN.

Pour ton marathon à Paris, il n’y a rien de plus admirable que de courir pour une cause. Tu n’as peut être pas assez pris le temps pour toi pour t’entraîner comme tu nous entraînes durant ces 3 dernières années, et j’espère que tu vas réaliser à Paris ce que tu veux. Vois-tu quand je me suis retourné l’orteil dimanche dernier, ma première réaction « à chaud » n’a pas été « M…. ! le marathon de Paris c’est mort », mais ça été « M…. ! je viens de flinguer en 1 seconde tout le travail de Charlie », et crois-moi c’est ce qui m’a fait le plus mal. Aujourd’hui je reprends espoir, et je vais très probablement m’aligner au départ du marathon avec l’objectif de faire -3h pour deux grandes causes : la première familiale tu la connais, mais je garde le secret jusqu’au dernier moment, et la seconde c’est sincèrement pour honorer ton travail. Si tu trouves la bonne cause pour laquelle tu vas te donner à fond à Paris, tu vas y arriver alors prends bien soin de toi cette semaine : ce n’est pas une honte de prendre du temps pour soi c’est même indispensable car sans cela tu ne pourrais pas autant nous donner.

Oliv.

Serge ( Alsace ) a dit…

Salut Charlie,
Comme tous les copains, ne change rien, tes commentaires sont supers.
Je te souhaite plein de bonnes choses pour la reussite de ton marathon.Je me demande egalement comment tu fais pour caser toutes tes occupations dans une journée. Charlie mon ami, merci pour tout ce que tu fais pour moi et les autres athletes. Mais il faut egalement songer à garder du temps pour toi et ta belle petite famille. A dimanche prochain charlie, et je vais donner mon maximum pour essayer de de te donner encore un peu plus de bonheur.
Bye a+.

Anonyme a dit…

Bonjour Charlie,

J' ai découvert ton blog grâce à un coureur que tu entraines, depuis ce blog est dans mes coups de coeur, les articles sont toujours éclairés, objectifs, agréables,quasi-professionnels tout ceci toujours en relation passionnée avec les coureurs que tu entraines et pour qui tu sembles être tellement proches ( malgré les distances)puisque tu es toujours à la recherche de solutions à leurs problèmes (As-tu les mêmes analyses pour ta propre personne, es-tu aussi rigoureux? le bien que tu fais ou que tu donnes aux autres, est-il également présent pour toi,).
Je rejoins les nombreux commentaires ci -dessus,il faut continuer d' écrire sur ce blog ; Nous sommes tous jaloux de tes coureurs et à travers ce blog, nous avons tous l 'impression d 'être entrainé par Charlie...
A bientôt,
au plaisir de te lire,
JM

Fred (Montreal) a dit…

Salut Charlie!

Bon, a lire tes quelques derniers posts, on a bien l'impression que le petit hamster tourne fort et que le moral n'est pas toujours au beau fixe. Je partage certaines de tes interrogations. J'ai moi même (comme beaucoup de monde je pense) des problèmes d'horaires. A certains moments, il faut oser faire l'impasse sur certaines choses. Des choix quelquefois difficiles, mais rien n'est forcément perdu. Avec ton activité professionnelle, c'est sur que tu pars déjà avec un déficit d'heures... Si on ajoute tes activités d'entraineur et de coureur... L'accumulation finit forcément par fatiguer la machine.
Alors je te souhaite d'abord de bien relacher avant le marathon. Relacher dans la tête aussi. Parce que je comprends à demi mot que tu es très fatigué. Repos, repos et repos. Force toi à laisser la télé, l'internet et toutes ces petites activités non urgentes et mangeuses de temps. Dodo! Je sais et je comprends que tu veuilles renouer avec les performances, mais je ne peux que te conseiller de relativiser. Avec toutes tes activités, ce n'est pas forcément compatible aujourd'hui. Essaie de viser d'abord le plaisir et (le cardio aidant) reste dans tes limites dès le départ. Si tu vois que ce n'est pas ton jour, laisse aller le compétiteur en toi et reconcentre toi sur l'être humain en santé. Et termine ce marathon avec le pein d'endorphine. Je suis sur que tu peux revenir à ton meilleur, j'espère que ce sera dès Paris, mais je pense que pour cela, il va falloir que tu acceptes (tes coureurs aussi ;-) de "lacher" certaines activités pendant les semaines de charge. Recentre toi sur toi même pour pouvoir donner aux autres ...

Bonne course! Si ce n'est pas Paris, ce sera pour plus tard.

--Fred

Olivier Heurtel a dit…

Salut Charlie !

Pour moi, dimanche prochain, ce sera une première, avec un objectif en 3h45.
Le gros de ma préparation est terminé depuis 10 jours et j'ai vraiment envie d'y être.
Mon avant dernière semaine de préparation a été un peu perturbée par un bon gros mal de gorge.
J'ai fait une sortie tranquille d'1h30 samedi ; le cardio était moyen mais les jambes tournaient bien.
Je prévois une dernière sortie tranquille d'une heure mardi.
Forcément, je gamberge un peu : comment va réagir mon organisme (la tête et les jambes) quand il va arriver en "terra incognita", à partir de 2h30 de course ?

A bientôt (et M..... pour dimanche).

Olivier.

Anonyme a dit…

Bonjour Charlie,
l'année dernière, je me suis fixée pour objectif, de courir le (tout) prochain marathon de Paris (étant parisienne, tant qu'à faire!); ce sera mon 1er marathon.
En parcourant le net pour trouver des infos, des types d'entraînements à suivre pour s'y préparer, je suis tombée sur ton blog, que j'ai immédiatement classé dans mes favoris. Ton post sur les "basiques" du 10 janvier y a fortement contribué puisque je fais moi aussi de la musique. D'ailleurs, cette activité me prend du temps, et comme toi, je suis à la recherche d'heures supplémentaires (saleté de changement d'horaire, tiens!). Alors oui, il faut faire des choix, et ce n'est pas toujours facile.
Je m'aligne sur le commentaire d'Oliv:
-ce que j'apprécie particulièrement dans ton blog, c'est que tu écris avec ton coeur (et avec ta tête bien entendu!). Oui, on ressent une certaine sensibilité dans tes réflexions, qui m'en provoquent bien souvent (très positif ça!).
-seul petit bémol: il y aurait peut-être un petit qq chose à améliorer au niveau de la présentation du texte parfois un peu compact.
Je rajouterai que tu arrives à expliquer simplement mais pleinement les choses, à distiller des notions non négligeables mais peu évoquées, en t'appuyant sur des exemples très concrets et/ou personnels, de sorte que j'ai trouvé que ton blog était accessible et intéressant pour toute personne désireuse de bien courir, quel que soit son niveau.
J'ai parfois eu envie de commenter tes articles mais n'étant pas une super coureuse, qui plus est une fille (rôôôh), je préfère rester discrète, ce qui est dans ma nature de toute façon. Je profite de cette vague de commentaires et d'encouragements pour me manifester, m'y joindre et m'y fondre.
Bon courage et bonne chance pour ton marathon.

Sylvie

Martine a dit…

Quelle sagesse Charlie ! Toujours la recherche du positif dans tes posts ! Des analyses très pertinentes.
Tu es proche du burn-out, normal avec tout ce que tu fais, toute l'énergie que tu déploies pour les autres, que tu leur donnes.
Je te souhaite le meilleur pour ton marathon, tout le monde te le souhaite.

Anonyme a dit…

"Tout d'abord je voudrais m'excuser , je m'aperçois qu'avec mon égoïsme je suis un peu responsable de ton "état" ,de tes *interrogations.
Au lieu de penser à moi , à mon état , à mes sensations , à attendre tes analyses au sujet de mes courbes afin de savoir si elles sont "bonnes" , je devrais plutôt essayer un instant de me mettre à ta place en essayant d'imaginer tous les efforts que tu dois faire afin de satisfaire tous tes athlétes en même temps , en me disant que toi même tu as le droit de t'entraîner aussi bien que moi , en me disant que tu dois "délaisser" un peu ta famille pour moi.
Pour tout ça charlie tu as le droit de me mettre un peu de côté et de penser à toi , de penser à ta famille , de te régénérer , tu dois aussi savoir que nous sommes tous derrière toi pour Paris et pour la suite ,la relation entraîneur-athléte est importante (tu me connais bien maintenant) mais la réciprocité doit être vraie , je crois que je l'oublie trop souvent.
Ton blog est très important pour nous mais aussi pour toi , continue de nous abreuver de conseils , de nous réprimander s'il le faut mais surtout continue pour toi d'abord , c'est un élément essentiel pour toi , c'est ta vie de transmettre , de faire partager tes connaissances et ce que j'aime beaucoup chez toi et que j'envie , c'est ta sagesse.
Merci pour tout le temps que tu me consacres , tout simplement , merci Charlie."
BC

Benoît a dit…

Je suis admiratif du temps que tu nous consacres Charlie. Et ce n'est pas que de ton temps que tu nous donnes, puisque tu t'impliques personnellement et émotionnellement pour chacun de tes athlètes. C'est sans doute ce "don" total de toi-même qui te permet de si bien comprendre chacun d'entre nous. C'est bien pour nous, mais il ne faut surtout pas que cela empiète sur ta présence auprès des tiens. Les athlètes, quelle que soit la proximité que tu puisses développer avec eux, doivent toujours rester à leur juste place. A nous de savoir rester dans une certaine limite, et de ne jamais nous montrer impatients, ce serait d'une telle ingratitude envers toi !
J'espère pouvoir te donner bientôt satisfaction, et comme l'a écrit Oliv un peu plus haut, je crois bien que j'ai autant envie de réussir pour moi que pour toi.
Merci donc pour ce que tu m'apportes au quotidien en tant qu'entraîneur, et merci aussi pour ces prises de recul et ces réflexions enrichissantes dont nous profitons sur ton blog.
Trouve ton rythme dans tes publications, mais surtout, continue !

Benoît alias bendidos...

Momo a dit…

Je rejoins Benoit et Oliv, je cours presque autant pour moi que pour toi Charlie. C'est fou ça d'ailleurs !! Tu imagines donc l'impact que tu peux avoir auprès de tes potes.
Tu devras faire un choix bientôt Charlie : tu ne pourras pas donner à autant de monde, je te l'ai déjà dit d'ailleurs. Moi même, je ne prends plus beaucoup de personnes. La qualité s'en ferait ressentir, il faut donner tant et tant de temps .
Alors continue mais n'oublie pas de breaker de temps à autre et relativisons tout celà.
Ce n'est que du sport, fut ce t'il si important pour notre équilibre

Anonyme a dit…

On discute plus virtuellement que de vive voix, j'ai la chance d'aller de temps en temps en Bretagne et toi que tu viennes sur Paris, pourtant depuis deux ans que tu m'entraînes j'ai l'impression de te connaitre comme si je te voyais chaque semaine à l'entraînement !!

Ce que j'apprécie c'est la façon que l'on a de collaborer à distance, il n'y a pas de sur-information dans nos échanges, tout ce dont j'ai besoin je le trouve sur tes pages perso.
Ce qui fait la richesse de ton blog, c'est la diversité des posts mais qui sont tous en rapport avec la CAP, mais aussi la façon dont tu as de le faire vivre. J'ai l'impression de connaitre tous les athlètes que tu entraînes, d'ailleurs je ferai la connaissance de certains ce week end à Paris.
Ce que j'apprécie le moins c'est de ne pouvoir m'entraîner plus souvent avec vous ..........Mais aussi que tu ne puisses pas voir ma tête lors des arrivées où j'ai réalisé mes plus belles courses, tu comprendrais que c'est grâce à toi!!

J'espère que je pourrais t'accompagner dimanche sur la fin du parcours dans le bois de boulogne.

Jean Gab