mercredi 4 juin 2008

broyer du noir ou voir la vie en rose

Un athlète me confie qu'il a constaté qu'à son dernier entrainement il allait beaucoup moins vite que d'habitude. Il voit la vie en noir, il cumule des raisons non sportives de ne pas être heureux, la course à pied qui n'est qu'un sport, qu'un loisir devrait lui procurer du plaisir et pourtant parce que son allure n'est pas à la hauteur de ce qu'il connaissait il y a seulement quelques mois, il broie du noir.

Lors d'une course de village sans Label, sans objectif, j'ai constaté que ma cheville était très très douloureuse. C'est une entorse récurrente qui m'avait laissé tranquille quelques années et c'est ainsi, elle est revenue fin avril (précision: la cause ne vient pas de la course à pied).

Les entorses sont de différents niveaux de gravité et celle-ci était légère, j'ai tenté de recourir seulement après 2 semaines d'arrêt et comme la foulée n'était pas correcte, il y avait risque de blessure (quand on court de travers, il y a des compensations qui génèrent toutes sortes de bobos, tendinites, contractures ...) . Donc après 5 semaines complètes où c'était difficile de ne pas courir (mais je boitais un peu à la marche), j'ai repris tout doucement: 30' de footing lent samedi et ...

la vie en rose
:

retour au stade avec les copains ce mardi, rien que de courir 30' en papotant puis le reste à regarder les autres faire une séance complète, cela m'a fait énormément plaisir.

mes reflexes d'entraineur revenaient: regard attentif sur la pose de pied, la foulée, la position du buste, l'alignement des bras, quelques recommandations pour qu'ils changent un peu.

quel plaisir de voir à l'oeuvre les jeunes entraineurs bruno et thierry avec un groupe comprenant des nouveaux, ceux-ci sont très attentifs et je crois qu'ils aiment ces séances encadrées.

les éducatifs sont montrés et corrigés avec soin, talons-fesses, jambes-tendues, course rétro, cycle sur une jambe, montées de genoux.

comme je le mentionnais, il faut en période générale mettre du renforcement musculaire, du gainage, par exemple des exercices à contraction isomètrique (la longueur du muscle ne change pas) comme la rotissoire, la chaise et d'autres avec impacts, pas de sioux, skipping, escaliers, cloche-pied etc ...

certains étant loin des compétitions font des séances de côtes à côté du stade, c'est du renforcement musculaire.

voilà, j'ai assisté à tout çà, certains faisaient de la vma courte et je regardais leurs expressions. Il y a l'expression du visage qui est très significative du niveau d'effort mais aussi la gestuelle qui montre si l'athlète est facile ou non, s'il est fatigué.

Ce qui est important c'est de comparer l'athlète à plusieurs moments dans une saison, on finit par apprendre à le "lire" de la même façon qu'on peut lire des courbes de FC.

Pour conclure, si je regardais ce que je suis capable de faire en compétition aujourd'hui, je broierais du noir; comme ces dernières semaines, j'ai redécouvert d'autres facettes de la course à pied (sans courir), par exemple, j'ai potassé un peu de "théorie", je me suis entrainé à entrainer, j'ai appris à ne pas trop en faire mais faire juste, alors la simple possibilité de courir lentement 30 minutes avec les copains me font voir la vie en rose. Etre bien dans ses baskets, c'est déjà çà !

3 commentaires:

Fantomas a dit…

Salut Charlie,
content pour toi que tu vois le bout du tunnel, et la vie en rose.
C'est super que tu as rechaussé les runnings. Bonne reprise Charlie
a+.

Anonyme a dit…

un homme heureux avec une bonne équipe au tour ,c'est que tu bonheur meme si tu ne participe pas a la suite de l'entrainement ,tu reste zen .
bravo encore pour ce blog que j'ouvre une fois par jour.

michel a dit…

l'anonyme c'est moi charlie