mercredi 25 juin 2008

lettre à Mariecke

Mariecke avait laissé un commentaire, celui-ci me sert ce soir de guide pour "me laisser aller à écrire ce qui me vient spontanément sur ces histoires de course à pied",

Mariecke a écrit :
Bonjour
j'ai été très intéressée par tes 2 derniers articles : d'abord sur l'expérience des vétérans car ça me donne l'espoir de courir encore un peu à 61 ans ...

C'est vrai que ces derniers temps je me suis posé pas mal de questions sur ma propre pratique du sport que ce soit en course à pied ou en judo; ces reflexions sont liées d'une part à mon age, au fait que je suis vétéran et d'autre part, au fait que je me suis blessé et une blessure, c'est toujours un message du corps très fort, il faut l'écouter et essayer de le comprendre. Des amis sont comme moi vétérans et certains blessés et d'autres en pleine forme. La compétition, la volonté de faire au maximum de ses possibilités amène souvent à être sur le fil du rasoir. Certains se contentent juste d'être bon et d'autres à être meilleur quitte à prendre le risque ... de se blesser. Est-ce que ça vaut le coup ? C'est là que le jeune rêve d'être champion olympique et veut risquer et que le vieux ne veut que continuer à avoir du plaisir sans autre prétention que de faire durer ce bonheur d'être longtemps en bonne santé avec le bonus d'être pourquoi pas compétiteur. Si mon corps me disait de tout arrêter alors je serais obligé de définitivement renoncer aux joies du compétiteur et je deviendrais entraineur à 100% mais la vérité est quelque part entre être sage, trop sage et rester fougueux c'est à dire vouloir rester jeune au moins dans sa tête. C'est pourquoi, j'aime continuer à m'entrainer et courir le plus vite possible et le plus longtemps possible.

Mariecke a écrit :
ce que tu dis sur les fractionnés à partir d'un certain âge , ne plus en faire est difficile à pratiquer en club où je reste surtout pq ça me stimule pour sortir , surtout en hiver d'aller y retrouver les copains - copines , mais j'ai de + en + de mal à les faire et pourtant
je ralentis d'année en année . Sinon , si je suis tentée d'en faire : récemment 2 séries de 5 fois 400m (pourtant en 2min 10 ...tu vois l'escargot !!!) et bien j'étais crevée le lendemain ...
et j'étais bien à 90 % de ma FCM cad à 160 , comme l'avais dit le coach ....
pour les sorties longues c'est une bonne idée d'en rajouter s on pêut avec des sorties vélos ou de la marche .

Attention, je ne préconise pas d'arrêter de faire de la qualité, d'arrêter de fractionner. Je disais juste qu'Armand Tandé ne vas plus sur la piste. Encore une fois, je répète qu'on peut faire de la VMA et il y a des multitudes de façons de s'entrainer en qualité et le stade n'est qu'un des moyens. Par exemple, on peut s'entrainer plusieurs fois par semaine avec pas mal d'endurance, pas mal de sorties en allures lentes et faire quelques variations d'allures pour ne pas rester sur une seule allure. Et faire une fois par semaine de la VMA sous forme de 30-30, 20-20 ou autres combinaisons sans pour cela mesurer la distance parcourue, donc c'est faisable en nature en forêt ou sur sentiers. Si pour les débutants on donne des directives avec des distances précises, c'est parce que la VMA n'est pas encore une allure connue de ceux-ci et il faut montrer à quoi elle correspond (ni trop lent ni trop vite). Pour certains athlètes qui pratiquent depuis longtemps, il arrive qu'ils courent spontanément à leur VMA sans avoir recours ni au chrono ni à la distance et c'est le coach qui en regardant voit bien si ça colle ou non (souplesse, grimace, souffle, sensation ...).
Pour conclure, ce n'est pas parce qu'on ne met jamais les pieds sur un stade qu'on s'interdit de faire de la qualité. Quand je suis en déplacement dans un endroit inconnu, je peux m'imposer, un séance de 30-30 non mesurée, une séance de footing le lendemain, une séance au cardio avec des FC choisies en fonction du dernier test de paliers et de retour chez moi à Rennes, je peux faire un footing le samedi et une sortie longue le dimanche et cela me fait une semaine entière sans stade mais quand même avec un bon dosage séances récup, séance qualité, sortie longue.

Mariecke a écrit :
tu sais mon pb , c'est que sur marathon que je fais maintenant en 5 h voire plus ( 4h 30 les premiers il y a 10 ans )je marche vers le 25 ème kms et je trouve que ce n'est pas normal .

Avec ce que tu écris, on a du mal à tirer des conclusions. Pour ma part, les derniers marathons que j'ai couru, ont été sources de ... mauvaises sensations, je n'ai ressenti que l'envie d'arrêter, l'envie de ne plus courir cette distance car je n'avais plus de plaisir. Je me suis engagé au marathon de Berlin cet automne et sans vouloir faire de chrono, je vais m'entrainer pour le faire correctement. Pour moi la définition du marathonien c'est un athlète qui court un marathon. En conséquence si je marche pour boucler la distance à Berlin je ne considère pas que l'objectif est réalisé. Soyons concret, marcher le temps de boire au ravitaillement ça peut ne pas compter mais marcher du 35ème jusqu'au 42ème et faire un jogging 195m là c'est autre chose.
Pour te répondre Mariecke, en effet ce n'est pas normal de marcher vers le 25ème et la marche explique que tu mettes 5 heures. Ce qu'il faudrait savoir c'est à quelle allure tu fais les premiers 25 kilomètres. Par expérience, je sais que ceux qui ne maitrisent pas leur allure marathon partent fréquemment à une allure "naturelle" qui est très proche de leur allure semi-marathon, en conséquence ils sont faciles jusqu'au semi, se cramponnent ensuite et "explosent" au 25 ou 26ème kilo. Peut-être que je me trompe mais il se peut que tu partes trop vite peut-être mêm à 5'40 au kilo ce qui ne m'étonnerait pas.


Mariecke a écrit :
Est ce pq je fais trop de fractionné ( 2 fois par semaine sur 3 entrainements ) ou est ce que je ne fais par assez de kms 50 environ la semaine ?

si tu fais 3 entrainements par semaine et que toutes les semaines tu fais 2 fois du fractionné, alors je crois que ce n'est pas trop de fractionné que tu fais mais on dira que tu ne fais pas assez de récupération. Les séances de footings faciles à allures lentes ont divers noms, récupération, assimilation, régénération. Une des choses les plus importantes dans l'entrainement c'est : la récupération fait partie de l'entrainement. Pour ceux qui s'entrainent peu il faut pour simplifier une séance de récupération pour une séance de qualité. Pour ceux qui s'entrainent beaucoup plus il faut encore plus de séances de récupération. Il n'est pas rare d'avoir pour une semaine avec 4 entrainements 1 séance de VMA, 2 footings et une longue ou bien en période prépa 10 km, un vma courte, un footing, une spé 10km une sortie moyenne alors que pour un athlète qui fait du biquotidien qui fera par exemple dix séances par semaine, une vma courte, une séance d'allures variée, une séance de PPG/PPS une sortie longue et 6 footings de récupération. APrès selon les capacités de récupération et la période dans laquelle se trouve l'athlète il y aura des dizaines de combinaisons mais ce qui est sûr archi-sûr il y a toujours plus de séances de footing de récupération que de séance de qualité.
Pour conclure sur ce sujet, je n'ai pas un seul athlète pareil donc chacun a ses propres rythmes et ses programmations les plus adaptées à ses motivations, ses capacités mais on surveille toujours la fatigue donc on veille à une bonne récupération aussi bien après les compétitions qu'après les séances de qualité (vma, spé 10km, côtes).


Mariecke a écrit :
J'aimerais bien ton avis la dessus si tu as un moment .
en tout cas , merci et récupère bien de ta blessure : bon entrainement à toi

Bon, j'ai donc été patient et comme le travail ne m'a pas laissé beaucoup de loisir ces derniers temps, j'étais loin du sur-entrainement. Moi qui avait l'habitude de courir presque tous les jours, d'aller au stade pour faire de la qualité une ou deux fois par semaine, avec cette satanée entorse à la cheville, il m'a fallu attendre et par exemple la semaine dernière après 7 semaines de repos forcé, je n'ai pas couru du tout en semaine et j'ai tenté le coup samedi matin avec 48' de footing archi-lent j'ai remis ça dimanche AM 30'
cette semaine 30' mardi soir, peut-être 40' jeudi et on verra à un peu allonger ce WE.

J'avoue que je n'ai pas beaucoup de plaisir parce que déjà c'est trop court et qu'ensuite vu que c'est très très lent je n'ai pas les sensations de quand j'ai une foulée "aérienne". Mais je sais que c'est reparti et qu'il vaut mieux faire doucement pour ne pas brusquer mon corps pour qu'il ne m'envoie pas à nouveau le message:"re-blessure", je préfère les futurs messages: que du bonheur!

3 commentaires:

Momo a dit…

Salut Charlie,

Je ma fais rare en ce moment. Très rare même.
En fait je suis plutôt à bosser et je n'ai guère le temps ni même l'envie de "trainer mes savates" sur internet.
Je laisse tellement de jus au boulot que je n' ai plus guère pour m'entrainer.
Je cours certes, je fais mes 4/5 séances mais je ne m'entraine pas.
Souvent fatigué le soir, je sors pour le plaisir et donc pas trop de piste, pas trop d'allures variées. Mais je me fais plaisir quand même.
C'est le premier break depuis que je cours, après ma blessure du marathon de Paris je pensais reprendre fort mais ......
J'espère voir beaucoup de monde du team à St Brieuc Dimanche, pour la fête..

Sadok a dit…

Les blessures ou les mauvaises sensations sont des signaux envoyés par le corps mais aussi par la tête.

Il faut que la tête et les jambes soient en parfaite harmonie et que la tête et le corps soient reposés et disposés à courir.

Une fatigue psychique, un surmenage professionnel, un état d’anxiété ou de contrariété peuvent être tout autant nocifs qu’un état de fatigue physique.

Pour que la tête soit disposée à courir, il faut que l’envie, la motivation et la fraîcheur d’esprit soient là. C’est la base nécessaire et incontournable car sans envie, ni motivation, on ne peut qu’avoir de mauvaises sensations à la CAP, même sans blessure.

Rien ne sert de forcer les choses. Il faut savoir attendre ou peut-être varier les activités (judo, natation, vélo, marche, etc.) jusqu’à ce que l’envie et la motivation reviennent pour reprendre la CAP.

Et puis avec l’âge, il faut apprendre à courir autrement pour mettre en phase la tête, les jambes et l’avancée en âge.

Il faut savoir se faire plaisir mais en restant en deçà de ses propres limites pour que tout soit en harmonie, pour ne pas risquer la blessure qui est la sanction infligée par la tête et les jambes.

Harmonie est le bon terme : il ne faut pas aller plus vite que la musique.

Il peut y avoir différentes façons de pratiquer la CAP (pour la compétition, pour relever de nouveaux défis ou tout simplement pour le plaisir). La compétition peut être abordée en termes de chronos. Mais la compétition et le challenge, peuvent être aussi le simple fait de rester dans le coup, de continuer à pratiquer dans la durée pour le plaisir et quel que soit le chrono, pour rester plus longtemps jeune, vif, alerte et en bonne santé, pour rester dans le peloton plutôt qu’en dehors du peloton.

Si les sensations ou les motivations ne sont pas là, il ne faut pas pour autant remettre en question la pratique de tel ou tel sport. Les mauvaises sensations et le manque de motivation ne sont que ponctuels même si le ponctuel a tendance à durer. Il faut en rechercher les raisons et attendre que la tête et les jambes puissent trouver un terrain d’entente pour repartir de l’avant.

Il serait inconcevable qu’un sportif complet, comme toi, puisse tout arrêter d’un seul coup au prétexte que la motivation et les sensations ne sont pas là et au prétexte qu’il est devenu trop âgé.

Mais la notion de ses propres limites est tout à fait subjective. Nos propres limites fluctuent, tout au long de l’année, en fonction de notre niveau de forme, d’où la nécessité d’être à l’écoute et de savoir lire et apprécier.

Mais la notion de ses propres limites peut être aussi erronée. Dans mon cas, je vivais résigné, sous une chape de plomb, persuadé que le meilleur de moi-même relevait du passé et ma rencontre avec toi, Charlie, a permis de faire sauter des verrous psychologiques et de battre mon temps sur marathon de plus de 10 minutes, tout en ayant mal couru, ce qui laisse encore de la marge pour faire mieux, alors que je fêterai demain mes 54 printemps.

Cette amélioration a été permise par tes programmes de course à la FC qui ont inclus des exercices variés de fractionnés, comme quoi ils peuvent être pratiqués judicieusement quel que soit l’âge, mais tes programmes ont inclus aussi des séances de régénération qui ont permis de faire le bon équilibre tout en continuant de monter en puissance.

Perso, je pensais faire un marathon d’automne mais je fais actuellement mon arrêt annuel. Je vais reprendre la CAP tout doucement en confiant mon sort entièrement à ma tête. C’est ma tête qui décidera de la reprise, de son intensité et des objectifs d’automne.

Enfin un dernier mot concernant ta douleur à la cheville : tant que la douleur est là cela signifie que les ligaments qui ont été atteints n’ont pas été réparés et ressoudés. Il faut absolument attendre que cette douleur soit totalement dissipée avant de reprendre la CAP et faire en attendant d’autres activités moins traumatisantes.

J’en sais quelque chose car j’ai le faisceau de ligaments externes de la cheville gauche complètement sectionné.

Bon week-end Charlie et peut-être à demain ?

mariecke a dit…

Charlie , tout d'abord un grand merci pour ta réponse sur ton site extrêmement intéressant .
je suis d'accord avec toi qd tu dis que le corps envoit des messages et que les blessures sont un langage qu'il faut parfois savoir décrypter .
Il ne faut donc pas que tu reprennes trop vite si ta cheville te fait encore mal et lorsque tu dis que tu ne prenais aucun plaisir sur tes derniers marathons c'était déja peut être un signe de surcharge et peut être aussi de manque de récupération ....
mais je te comprends oh combien ...car lorsque je suis bléssée je reprends tjrs trop vite et ça dure bcp plus longtemps que prévu !
en ce qui me concerne , je vais faire comme tu dis des changements d'allure disons un seuil très proche de l'endurance ( juste un peu plus cad à 130 - 135 de pulsations ( ma fcm est de 165 )
et puis une fois par semaine les séries de 30/30 et tout le reste de l'endurance ...avec bien sûr les gammes+étirements
ce matin je suis allée à un stage de marche nordique , j'ai rencontré une coureuse de 65 ans qui s'entraine en endurance sans jamais fractionner pq elle se blesse et elle met encore moins de 4 h au marathon !
je n'en suis pas là et effectivement , tu as raison , je pars trop vite sur marathon sur les premiers 10 kms autour de 6 min au kilo et c'est déja bcp trop pour moi ... le prochain , il ne faudrait pas que je marche , même si je finis en trottinant à 8 à l'heure , ce serait bien !
en tout cas , vois tu , je ne veux
pas lâcher le morceau , j'aime courir et je veux me maintenir à mon très petit niveau de forme le plus longtemps possible
en tout cas soigne toi bien et bonnne récup