mercredi 30 décembre 2009

la peur de perdre

Certes, il y a des passionnés de course à pied, certains même ont les signes apparents des "addicts" , ils mangent pour ne pas prendre, ils pensent course à pied, ils respirent course à pied, ils regardent le calendrier et vérifient qu'il n'y a pas une course à ne pas rater; pendant ce temps il y a ceux qui regardent l'année passée pensent à ces moments de fêtes, certains n'ont pas la chance d'être avec leurs proches, pire ils n'ont pas de proches, ils sont seuls. Si vous avez la chance d'avoir une, deux trois personnes autour de vous, prenez le temps de faire un break, si, si, vous pouvez vous sevrer, ils sont là pour vous aider.
Arrêtez de vous dire, "si je ne m'entraîne pas je vais perdre ! "
il y a la version plus "light", il y a ceux qui lèvent le pied, qui culpabilisent ils se demandent comment en ne courant que très peu "ne pas trop perdre !"

P..., il y a eu dans le passé des coureurs bretons qui étaient de très bons niveau, un ancien de mon club me disait, je n'ai fait que du cross, c'est bien parce qu'avec peu d'entraînements, j'avais le plaisir de courir vite en compétition et il gagnait. Un autre que les travaux aux champs ne laissaient que peu de temps pour s'entraîner était aussi dans une situation similaire, il était en junior au niveau France, certes aujourd'hui, avec 30 ans de plus il a perdu, que chacun relativise la notion de "perdre".

Aujourd'hui un coureur sénior peut faire sourire quand il a peur de perdre alors qu'il ne fait que se ressourcer en faisant quelques séances dans une semaine ponctuée de réveillon, de temps passé en famille. Même si du côté diététique il fait une exception, ce n'est pas en un repas qu'il va prendre un kilo. Ce n'est pas en passant de 5 séances par semaine à 3, qu'un crossman va se retrouver minable aux championnats. La peur de perdre, on peut l'avoir si on est sur une pente qui dure ... plusieurs semaines ... plusieurs mois ... plusieurs années à courir très peu. Très peu c'est combien ?

Pour les crossmen et aussi pour ceux qui ne feront des courses sur route ou des trails dans un mois ou deux, si vous culpabilisez alors allez faire un footing, si vous voulez faire une séance utile et sympathique ajoutez une séance de 30-30 en nature avec des virages, des buttes, si l'endurance vous manque alors faites une sortie longue de temps en temps pour vous rappeler ce que vous allez faire après les cross, une préparation marathon ou une préparation à un trail.



3 commentaires:

Bruno a dit…

Ton billet me touche directement puisque j'ai longtemps été l'illustration parfaite des inquiétudes irraisonnées que tu décris.
Tu m'as beaucoup appris dans le domaine du repos, de la récupération physique et mentale.
Ce n'est pas évident de se convaincre de rester au calme. La sagesse s'apprend, il te faut te répéter souvent, mais le message passe peu à peu.

On peut aussi retourner le propos : est-ce que l'entraineur qui fait une pause et laisse ses athlètes se débrouiller doit culpabiliser ? Ses athlètes vont-ils régresser ou lui en vouloir ? Dans ce cas-là aussi l'entraineur peut s'inquiéter. Pourtant, il ne fait que préserver sa propre fraicheur mentale et son envie future.
Les athlètes s'adaptent et apprennent l'autonomie. Tout le monde y gagnera.

Merci pour cette belle réflexion de sagesse. Prends soin de toi Charlie

Anonyme a dit…

Moi , en ce moment , je serai super content de faire 3 séances par semaine mais je n'en fais aucune depuis le 10 décembre , douleur à un mollet. J'ai essayé de recourir dimanche dernier après 17 jours d'arrêt complet , rechute après 20'!! Je vous envie de courir , alors si vous ratez unz séance , pensez à nous et vous verrez que le repos volontaire et beaucoup plus appréciable que le repos forcé !!! Bon réveillon à tous et que l'année 2010 soit belle pour vous et vos familles.

Bruno C

cedric a dit…

juste merci