lundi 9 mars 2009

semi marathon de Karim


regardez les temps de passage (cliquez sur l'image pour l'avoir en grand)

voici, le compte rendu que karim m'a envoyé, je vous rapelle qu'il a couru le matin et l'après midi ce sont les copains bretons qui sont allés dans la Sarthe et se sont arrachés pour gagner la course en équipe et pour "montrer que les vieux sont encore bons"

merci karim d'avoir été un peu avec les copains, en pensée !

Salut Charlie,

voici les courbes de mes séances depuis dimanche dernier.
Je rectifie mon temps que je t'ai dit au téléphone, je me suis complètement embrouillé.
Je pensais t'avoir donné mon temps réel, mais en fait j'ai vérifié sur mon cardio et sur le site:
J'ai fait 1h13'28" au scratch et 1h13'25" au temps réel.

Voilà, très belle course.
Je suis pleinement satisfait car j'y suis allé franco sur une base à 3'27" au kilo.
J'étais dans le SAS avec mes copains à qui je n'avais pas pipé mot de mes temps de passage.
Et je regardais ma petite feuille de route quand l'un d'entre eux a aperçu: 3'27" au kilo.
"Cosi" me demande de montrer mes temps de passage. tss tsss, je fous le papier dans ma bouche
et en fais une boulette machée. Petit moment de détente avec le coup de pétard.

J'ai calmé mes ardeurs en disant qu'avec le vent ça ne le ferait pas.

Mais je suis parti à 3'27" et j'ai tenu le coup.
Chaque kilomètre où je n'étais pas à 3'27" c'est que ce foutu vent soufflait en rafale.
Dès le début je me suis retrouvé avec un gars à mes côtés qui visait un chrono similaire et devant moi un gros groupe de coureurs un poil plus rapide.
Mon collègue donc me propose d'aller les rejoindre, je le lui déconseille fortement car les 20m qui nous séparent sont un vrai fossé.
Il m'écoute et reste à mes côtés.

En arrivant à la Bastille le vent se fait plus fort, mon collègue fair-play passe devant moi et me propose
de m'abriter le temps que je récupère. Je suis touché et l'en remercie.
Puis je repasse devant pour mener le rythme.
Un pote à moi m'encourage et me gueule que je suis 60ème...soit mais peu importe le classement.
Aujourd'hui je cours après mon chrono.

Vèrs le demi-tour après Hotel De Ville nous avons finalement rejoint le groupe qui était devant nous précédemment.
Je dis à mon collègue, "tu vois, ils ont ralenti" ;o)
Ca y est nous sommes maintenant un groupe fort d'une douzaine de coureurs sur une base de 1h13'15".
Ca c'est bon ! On se fait encourager et applaudir et ça booste le moral.
A mon collègue toujours dans les rangs, je lui conseille de faire gaffe aux pavés de Bastille avec le crachin.
Il en prend bonne note. Je ne le verrai plus.

Déjà quelques faux plats, mais je ne m'autorise pas à ralentir, je m'en fous et je prends les risques pour ne pas faiblir et m'endormir sur une allure plus faible.
Je sens que je les ai dans les jambes ces 3'27" même si je sais que les rafales de vent de Paris ne me laisseront pas réaliser l'objectif initial.

Néanmoins je mets toutes les chances de mon côté, ce matin j'ai la rage et je suis gorgé de malto et de sucres-lents.
En plus je porte le tee-shirt de la JA !

Très vite je prends la tête du groupe avec 2 autres coureurs.
Pas question de ralentir faut les relancer.
On passe le km 10 en 34'45"...vu le vent c'est un bon chrono.
Un p'tit coup de flotte et on sait que ça va commencer à grimper après l'avenue Daumesnil.
Vite on fait passer l'infos aux coureurs derrière qui ne seraient pas au courant.
Je regarde le cardio, je suis à 182 et je passe un autre kilo en 3'27", je décide de grimper ce faux plat jusqu'à 185 maxi.
A bon rythme, je grimpe, je grimpe...au final le faux-plat est avalé rapidos sans dépasser 183. Ca c'est du bonheur.


Puis ça redescend fortement sur une centaine de mètres, là mes reflexes de crossmen reviennent et je place une accélèration car
je sais que je suis fort en descente. Résultat mes collègues se retrouvent derrière moi et je ne les reverrai qu'à l'arrivée.
Pas question de faiblir l'allure ni d'attendre qui que ce soit. Aujourd'hui, qui m'aime me suive.

Et bam la côte de Charenton qui se présente à nous.
Aujourd'hui elle ne me cassera les pattes comme les autres années et je mets le paquet pour l'engloutir.
C'est dur car en plus la route est mal pavée. Mais peu importe, je gravis la côte aussi vite que possible.

Je rattrape un Tri-Athlète sacrément barraqué le bougre, taillé en V avec des bras de bucherons.
Je ferai d'ailleurs le reste de la course avec lui.
La côte était éprouvante mais qu'importe, je veux finir la course le plus vite possible.

On entre direct dans le bois de Vincennes et là je sais qu'il y a facile 2 km très pénibles en faux-plats, très longs et très monotones.
J'ai l'impression de ralentir et je commence à mal ventiler...mais en passant le kilo je me rends compte que je suis toujours dans le rythme.
Cela me rassure et me donne un second souffle.
Vite fait on arrive aux alentours du 18ème et là je sais que la course est pliée.
Un rapide calcul me laisse prétendre à un très bon chrono.
Je remets un coup d'accélérateur et le tri-athlète s'accroche...le salopiot.

Au 20ème c'est l'euphorie
Un second souffle s'empare de moi, et re-reflexe de crossman je me débarasse du tri-athlète en remettant une couche
sur le champignon et m'autorise à piquer un sprint sur les 200 dernièrs mètres.
Fin de l'histoire.

Je suis épuisé, mais tellement content de ma course.
Je retrouve mes collègues de notre groupe de course pour les saluer.
Je comprends alors que j'ai servi de lièvre et de point de mire à quelques coureurs.
J'en suis evidemment flatté.

Aujourd'hui j'ai été fort.
C'est la 1ere course sur route depuis Berlin...Mais l'entrainement et les cross ont payé.
Tu vois Charlie, c'est pas seulement dans la vitesse que je me suis senti bien mais aussi dans la foulée.
Y a un truc qui a changé. Ca ne fait plus le même bruit quand je cours.
Cet après-midi je n'ai même pas mal aux cannes...avec ce qu'elles ont pris au Bretagne de cross elles étaient vaccinées.

Mon seul regret fût le vent.
Car je reste persuadé que sur un parcours bien plat, les 1h13'00 étaient accessibles.
Ca sera pour une autre fois, qui sait peut-être le 26 avril ?

Merci pour tes conseils et ta confiance.

@++

Karim

Si avec çà, moi le coach, je ne suis pas heureux alors c'est que je suis le roi des ch...rs.
Merci karim pour ton enthousiasme, pour ton mental de combattant, p... même sur le tatami, je serai laminé ! C'est souvent que les judokas font des crossmen teigneux et ensuite mon plaisir, c'est d'en faire des "vrais" marathoniens !
Posted by Picasa

11 commentaires:

Benoît a dit…

Super course Karim ! Ta progression est toujours aussi impressionnante, et ce malgré les conditions climatiques défavorables.
Mille fois bravo au duo coureur/coach !

Bruno a dit…

Karim, tu me donnes des frissons. Quel plaisir de lire ce CR !

C'est une fierté de côtoyer des coureurs comme toi, de voir que les couleurs du JA Melesse sont dignement représentées.
Chaque compétiteur à son niveau se retrouve dans ton récit. Quand on court comme ça, le plaisir est intense, la concrétisation d'un beau travail.

Bravo Champion !

A quand un déplacement "JA Melesse" sur la capitale ?

Mounir a dit…

Bravo à vous deux.

Le BON travail Paie toujours..
Bonne continuation

cedric a dit…

bravo karim
superbe perf et quel recit
au plaisir de te revoir

cedric a dit…

bravo karim
superbe perf et quel recit!
au plaisir de te revoir
bien evidemment,bravo aussi au coach

Oliv a dit…

quelle course d'enfer, je me demandais bien comment tu allais la négocier cette météo, et ton mental a fait plier le vent, vraiment IMPRESSIONNANT !

Thierry a dit…

dimanche après midi, quelques minutes avant le départ du semi de Sargé-les-le mans, Charlie nous a fait part de ton appel téléphonique et de ta superbe perf à Paris. et quel CR tu nous livre à chaud ! j'ai adoré. Bravo Karim , c'est magnifique !
A bientôt

Karim a dit…

Merci à vous tous.
Et bravo pour ceux qui ont couru leur semi respectif en Bretagne ou à Paris.
Je savais que la JA Melesse était en piste sur semi, et j'ai bien pensé à vous avant de prendre le départ.
Bon courage et au plaisir de vous revoir ici ou ailleurs !

Karim

Fantomas a dit…

bravo Karim, superbe course que tu nous fait la, chapeau bas l'ami. Et une pensée pour coach Charlie qui prend sur son temps pour nous preparer le mieux possible à ces echeances. Un grand bravo à tout les deux et respect pour le mental et la volonté que même le vent n'arrive pas à faire flechir, bonne recup a+.

Momo a dit…

P....n Karim, tu es impressionnant de volonté, de potentiel, de capacité ........ Chapeau mec

Bizeul Noel a dit…

Charlie
Bravo a toi pour ton coaching mais quel plaisir tu dois avoir à entrainer quelqu'un comme Karim, aussi efficace avec sa plume qu'avec ses Mizuno
Chapeau à vous deux

Noêl