jeudi 10 janvier 2008

répéter sans cesse les "basiques"

Un de mes amis professeurs m'a encore rappelé qu'il faut sans cesse redire, reformuler, rappeler pour que ça finisse par être compris.

Un pianiste avant toute représentation et toute répétition échauffe ses doigts, c'est pour que ceux-ci soient dans les meilleures conditions pour que ce soit fluide, la musique ne doit elle pas être naturelle ? l'art, ce doit être du ressenti, on ne doit pas faire semblant , se forcer et on ne doit pas être géné par la technique.
Si on est trop juste techniquement alors ce ne sera pas de l'art mais de l'approximation, de l'à peu-près, une tentative avortée d'approche de son art.
Voilà pourquoi un pianiste, s'échauffe, fait des gammes, il ne se pose plus la question, dois-je passer mon pouce en dessous de mon majeur, il le fait comme s'il avait fait ça même avant de naître.

Bien sûr, certains me diront: "charlie, tu débloques, la course à pied, ce n'est pas de la musique, ce n'est pas de l'art".
A celà je réponds :" c'est vrai et c'est faux, c'est vrai parce que je peux pleurer de bonheur quand je vibre à l'écoute d'une oeuvre musicale, un concerto, une chanson et je ne pleure pas quand je vois une course même une belle course; c'est faux parce qu'il m'arrive de jouer de la musique et des chansons deviennent très dures à chanter tellement elles m'émeuvent et me serrent la gorge et il m'est arrivé de vivre quelques courses où les larmes me venaient à l'oeil parce que l'émotion était intense, c'était grandiose pour moi".

Là je reviens d'un simple footing de récupération, ça aussi cela fait partie des basiques, on y va sans poser de question et on se ressource, on se regénére; mardi c'était VMA courte avec des 150m, donc la séance qui suit c'est récupération. Certes il n'y a pas de quoi faire couler des larmes de bonheur et globalement dans les séances qui ponctuent une semaine il est rare qu'on ait immensément de bonheur mais juste du plaisir, c'est déjà çà.

Parmi les autres basiques, il y a matière à polémiquer, je fais partie de ceux qui répètent que la VMA ce n'est pas du sprint, la Vitesse Maximale Aérobie peut aussi s'appeler Vitesse Aérobie Maximale et là cela me permet d'apporter des précisions.
En effet, si on ne retient que Vitesse Maximale, cela peut induire en erreur et le coureur va chercher à aller le plus vite possible, heureusement qu'il y a Aérobie c'est à dire qu'on demande à bien respirer pour que l'effort soit fait avec de l'oxygène (le maximum). C'est dans la deuxième formulation (VAM) que je peux apporter un point de précision fondamental: je demande à un coureur d'obtenir l'Aérobie Maximale, donc on cherche à atteindre le point où le transfert d'oxygène est au maximum et c'est pour cela que la VAM/VMA est bien la vitesse la plus basse à aérobie maximale.
Ensuite, je préconise une durée de récupération courte afin de rester le plus longtemps possible dans cette zone d'oxygénation maximale, d'ailleurs si vous regardez les courbes de FC qui reflètent le débit sanguin donc le Volume d'O2 transporté. (on obtient le volume sanguin en multipliant le volume à chaque éjection par le nombre de battements, VESxFC, si l'oxygénation n'est pas bonne c'est qu'il n'y a peut-être pas suffisament de transporteur (manque d'hemoglobine, manque de fer) ). Vous voyez que la FC continue à être haute pendant quelques secondes alors que vous ne faites que trottiner.
Qu'on s'entende bien quand vous trottinez vous êtes à 50 ou 60% de VMA alors que le Volume d'O2 est encore au maximum. Ensuite quand vous repartez à courir, vous êtes rapidement à 100% de VMA alors que la FC met du temps à remonter. Il y a bien un retard pour que la FC monte.

Pour résumer, sur de la vma courte, la récupération est au trot et elle est courte. Le temps de récupération est soit plus court soit égal au temps de course. Plus la durée de course augmente plus la vitesse va décliner, par exemple sur des 500m que certains vont courir en 2 minutes d'autres en 1'27 evers les 95 % de vma, la récupération ne sera pas de 1'30 à 2' mais plus vers la moitié du temps de course soit entre 45 secondes et 1'15, tout dépendra de l'objectif de la séance. Sur du 30"-30" on fait environ 100% (+ou- 5% suivant le niveau)
de vma et sur des 500 environ 95% (+ou- 3% suivant le niveau)

Pour revenir à la musique, lorsque qu'un pianiste va jouer un concerto, il ne devra plus qu' "écouter son coeur, son âme" et le mélomane appréciera la musique pas la dextérité.
Certes vous ne vous sentez peut-être pas comme des artistes mais s'il vous plait, je le répète comme un professeur de piano, répétez, répétez sans cesse vos gammes, cherchez la fluidité à l'entrainement, cherchez le relâchement, les automatismes feront que le jour de la course vous pourrez exprimer votre talent.

retenez :
1 la vma, c'est fluide
2 la récupération est trottée et courte (inférieure ou égale au temps de course)
3 les gammes impriment des automatismes
4 un footing de récupération c'est bien

4 commentaires:

S. Jaubert a dit…

Il y a quelques temps je discutais avec un collègue prof de maths. Je défendais le rabâchage des tables de multiplication, d’addition dans les petites classes quitte à passer pour un vieux c… mais je suis persuadé que c’est à cette condition qu’on acquiert une « intimité » avec les nombres qui nous donnera ensuite des automatismes afin d’arriver à des raisonnements supérieurs voire faire jaillir quelques étincelles d’intuition !
En effet il faut faire ses gammes. Dans tous les domaines on peut le vérifier, le sport, les arts, les sciences… Arriver à une parfaite maîtrise technique pour mieux s’exprimer et donner tout son potentiel !

Merci Charlie pour tes posts, que je lis toujours avec grand intérêt !

charlie le hoangan a dit…

les mathématiques !
qu'est-ce que j'aurais aimé faire aimer les mathématiques aux enfants, aux adolescents et aux adultes.
surtout qu'elles sont tellement variées, ce ne sont pas spécialement les nombres qui m'attirent le plus, j'ai un faible pour les ensembles, les espaces, les corps ... mais la combinatoire, les probabilités sont aussi utiles quand ... on joue au poker ou au bridge ...

on peut décider de subir ou bien décider d'être acteur et alors il vaut mieux connaître ... les basiques puis en les combinant, on obtient des formes complexes et tellement passionnantes

Momo a dit…

moi j'en connais qui font leurs grammes ... heu Pardon leurs gammes en mangeant du chocolat !!! Pour tous ceux là, vivement que la boite soit vide hein ....
Moi aussi Charlie, je lis les posts avec intérêt. Parfois, souvent devrais je dire je m'en inspire (pas que pour le chocolat)
et parfois je m'essaie à autre chose. Après, ç'est un peu le jeu : ça marche ou pas !!! Au moins, on aura essayer
Mais le basique restera toujours le basique, comme 1+1 = 3

serge a dit…

Salut les copains,
Momo ramene ta boite de chocolats,pour le vilain petit gourmand alsacien.En plus tu es un bon demultiplicateur de Chocolat ( 1 + 1 = 3 ) Vive super Momo.
Momo president , Momo president.
bye a+